Pensées positives : pour vivre mieux et plus longtemps

Il vous est certainement arrivé plus d’une fois de vous réveiller sans assez d’énergie pour pouvoir vous lever…. Et alors que vous recevez une bonne nouvelle, tout change ! Vous voilà revigoré et prêt à vivre votre journée avec optimisme et énergie…. Ce regain de dynamisme est-il dû au simple fait de ressentir des émotions positives ? Les pensées positives, la joie, le bonheur seraient-ils donc la source de la bonne santé physique et morale ?

Pensées positives … quel effet sur notre corps physique?

Cette idée n’est pas nouvelle… Au début du siècle dernier, Émile Coué avait déduit de ce constat une méthode thérapeutique basée sur l’autosuggestion. Il a également expérimenté l’effet placebo. Ses constatations lui font prendre conscience de l’efficacité de la suggestion et de l’action déterminante de l’imagination, dans le processus de guérison.

Aujourd’hui, nul ne met en dote le fait que les affirmations de notre pensée deviennent des faits pour notre esprit, et pour les tourner à notre avantage, elles doivent bien sûr être positives. Par exemple, les sportifs de haut niveau ont recours à la préparation mentale qui consiste à répéter des affirmations positives qui programment leur corps et leur esprit vers leur objectif. L’impact des pensées positives sur la performance n’est plus à démontrer.

Ainsi, le corps et le « subconscient » se soumettent aux suggestions de nos pensées. Si nous pensons, souvent sans nous en rendre compte, que nous ne sommes pas capables de quelque chose: nos forces se mobilisent de telle manière que nous aurons plus de difficultés pour réussir, malgré tous nos efforts. Inversement, si nous croyons fermement que nous sommes capables d’y arriver, nous nous sentirons plus confiants, et la réalisation de l’action semblera plus facile, avec des résultats significativement meilleurs.

Maîtriser ses pensées…

Lorsque vous n’êtes pas en maîtrise de vos pensées, celles-ci prennent différents chemins en fonctions des événements de votre journée et vous pouvez vous sentir emporté par vos pensées négatives malgré vous. L’affirmation positive est un moyen simple et efficace pour refocaliser votre discours intérieur, afin de vous mettre dans l’état d’esprit souhaité et plus largement pour épanouir  toutes nos potentialités.

Pour approfondir ce dernier point, Thierry Janssen, chirurgien devenu psychothérapeute, qui s’est spécialisé dans l’accompagnement des malades,  explique dans son livre Le Défi positif  que le sens profond que nous donnons à notre vie est essentielle pour notre santé physique et mentale.

Profiter des bienfaits de l’optimisme ne va pas sans exigence ni responsabilité. Selon lui, cela demande de privilégier trois attitudes mentales qui fondent notre équilibre, trois véritables piliers de notre santé:

  • La Fluidité. C’est l’atout primordial. Elle favorise la circulation de l’information, permet l’harmonisation des différentes dimensions de notre être – garantie d’une bonne santé. Perdez votre fluidité, par exemple votre capacité à mettre en mots vos sensations physiques et vos ressentis émotionnels, et vous risquez de provoquer ou de favoriser l’apparition de troubles bien connus, souvent qualifiés de psychosomatiques, comme un ulcère de l’estomac, de l’asthme, de l’eczéma ou tout autre maladie chronique. Et comme la fluidité ne se commande pas, Thierry Janssen nous conseille de partir de notre corps (tiens…. Comme la Sophrologie !) « Il faut apprendre à le délier, le détendre, pour libérer les sensations et, du coup, les émotions qui y sont enfouies. Et, seulement alors, mettre des mots sur ce que nous expérimentons. Des études montrent que le simple fait de respirer profondément et de mouvoir son corps rééquilibre le fonctionnement du cerveau, en particulier la balance entre les émotions négatives (peur, colère, anxiété…) et les émotions positives (joie, enthousiasme, bien-être …). »
  • La Confiance. Envers la vie comme pour soi-même, elle est une aptitude indispensable, mais difficile. Une bonne part de notre personnalité s’est au contraire forgée en réponse à des peurs venues de notre éducation ou de mauvaises expériences. Pour être fluide, il faudrait apprendre à reconnaître ses défenses et les peurs qui se cachent derrière, choses que nul n’aime affronter de face ! Et là encore, il faut revenir au corps. Thierry Janssens nous explique que Wilhelm Reich, psychiatre autrichien et Alexander Lowen, psychothérapeute américain disciple de W. Reich ont montré depuis longtemps que nos peurs et nos défenses engendrent une contracture musculaire, une contention physique. D’où tout l’intérêt d’adjoindre une pratique corporelle comme le yoga ou la Sophrologie à tout travail psychanalytique ou psycho-thérapeutique.
  • La Cohérence. Fluidité et Confiance demandent une certaine Cohérence, entre les Intentions, les Pensées, les Paroles et les Actes. Selon Thierry Janssen, la vie semble réclamer cette cohérence pour pouvoir se manifester et se déployer pleinement. On le voit au niveau biologique : dès que tout est en cohérence, la vie prolifère. Si quelque chose d’incohérent s’insinue dans le système, tout s’effondre.

« C’est la même chose pour les humains, les sociétés, les civilisations. Souvent, j’entends des patients en souffrance physique ou psychologique me dire qu’ils sentent l’incohérence de leur vie dans les tensions corporelles et/ou émotionnelles qu’ils ressentent. Être à l’écoute objective de soi permet de détecter nos tricheries… Or la vie nous demande de ne pas tricher. »

Dans le même esprit, le Docteur David Servan Schreiber nous illustrait dans son livre « Notre Corps aime la Vérité » toutes les ressources que la relation Corps/ Esprit recèle, et nous montrait l’importance essentielle de notre Communication émotionnelle dans tout processus de Guérison.

Pensée Positive, mode d’emploi

La Pensée Positive est une attitude qui repose sur le principe selon lequel tout individu possède un potentiel qu’il doit apprendre à utiliser et à développer :

  • en combattant la tendance à la dévalorisation de soi, à l’anxiété et au pessimisme
  • en s’entraînant méthodiquement à se mobiliser en vue d’objectifs clairs et précis, à percevoir le futur avec confiance et à visualiser de façon créatrice les résultats espérés (méthodes utilisées par la Sophrologie)

Il existe différentes façons d’utiliser cette technique. On peut lire ou réciter à voix haute avec conviction des affirmations positives. On peut se dire dans sa tête des affirmations positives avant, pendant ou après un événement spécifique (stressant ou frustrant par exemple). Certaines personnes vont glisser un caillou dans la poche de leur manteau. Elles réciteront leurs affirmations positives à chaque fois qu’elles sentiront le caillou sous leurs doigts (ancrage). À vous de trouver ce qui fonctionne le mieux pour vous.

Autre précision, les affirmations positives sont particulièrement efficaces à certains moments clés de la journée. Le soir avant de s’endormir, le matin au réveil et après une courte méditation, car ce sont des moments où notre esprit est plus malléable.

Les spécialistes s’accordent à dire que les affirmations positives fonctionnent mieux quand :

  • il s’agit d’une affirmation courte
  • il s’agit d’une affirmation qui a du sens pour la personne qui la dit
  • il s’agit d’une affirmation que l’on croit vraiment (et pas des affirmations exagérées)
  • il s’agit d’une affirmation conjuguée avec un verbe au présent de l’indicatif
  • il n’y a pas de négation dans la phrase

Il faut donc personnaliser les affirmations positives en fonction de ce que vous cherchez à accomplir ou changer, et ce en quoi vous croyez.

Voici quelques exemples à titre d’inspiration :

  • Je mets du positif dans tout ce que je fais
  • Je lâche prise sur ce que je ne peux pas contrôler
  • J’aime mon corps comme il est
  • J’ai une hygiène de vie équilibrée et je prends soin de moi
  • Je mérite d’être heureux
  • Je reconnais mon corps comme mon allié
  • Je me libère du passé et je m’ouvre au présent
  • Je sais que tout se passera bien
  • J’apprécie et suis reconnaissant pour tout ce que j’ai
  • Je possède en moi tous les ingrédients du succès

Il est également préconisé d’utiliser les affirmations positives tous les jours, afin de focaliser votre esprit quotidiennement sur ce que vous recherchez.

Choisissez les affirmations qui vous font vous sentir bien et changez les mots si cela donne plus de Pouvoir à l’affirmation.

Croyez en chaque affirmation, et prononcez-les avec conviction. Vous réussirez alors à focaliser vos pensées et garder un état d’esprit propice à l’atteinte de vos objectifs.

C’est l’expression même de la Loi Universelle du Décret et de celle de l’Attraction, décrites par Diana Cooper dans son ouvrage  « A Little Light On The Spiritual Laws ».

Cela n’est pas sans relation avec la citation suivante issue de l’Enseignement de Bouddha :

« Ce que tu penses, tu le deviens. Ce que tu ressens, tu l’attires. Ce que tu imagines, tu le crées». Bouddha

« Ce que tu penses, tu le deviens » : C’est le principe du Mentalisme. La pensée est liée à la matière. Et ce que nous devenons à chaque instant contient ce que nous avons pensé de nous-même avant. Si nous changeons ce que nous pensons de nous aujourd’hui, nous deviendrons un ou une autre demain.

« Ce que tu ressens, tu l’attires » La loi de l’Attraction est simple : ce que nous faisons vibrer à l’intérieur de nous, attire des éléments de même nature à l’extérieur.

« Ce que tu imagines, tu le crées » : C’est le principe du Genre, le potentiel créateur de l’ Être humain. Les Neurosciences nous disent que l’imagination  est l’une des capacités de l’hémisphère droit de notre cerveau. L’hémisphère droit est celui de la créativité, de l’imaginaire, de l’espace, du féminin et de toutes les activités créatives.

Mais pour réaliser dans la matière ce que nous avons imaginé, nous utilisons aussi notre hémisphère gauche, celui du pragmatisme, de l’organisation, de l’analyse, du temps etc.

C’est donc en mariant les capacités masculines et féminines de nos deux cerveaux que nous créons dans la réalité du monde matériel et visible.  

Et dire que Bouddha nous avait déjà tout enseigné !

Continuons avec les Neurosciences ….

C’est dans les années 90 que les Neurosciences se penchent sur la mécanique de l’optimisme, car les données s’accumulent et intriguent: effet placebo, rémissions spontanées de maladies mortelles au stade terminal, bienfaits physiologiques du rire, conséquences du moral sur le vieillissement… autant de cas où l’optimisme et les émotions agréables semblent jouer un rôle positif et décisif.

Dans les années qui suivent, les Neurosciences mettent en évidence la chimie de ce processus. Une nouvelle spécialité médicale apparaît : la « psycho-neuro- endocrino-immunologie », dédiée aux relations Corps / Esprit. Elle est certainement l’un des nouveaux paradigmes de la Médecine explique le docteur Francesco Bottaccioli, membre de l’Académie des Sciences de New-York, dans son ouvrage « Psychoneuro-endocrino-immunologie« .

Parallèlement, en 1998, le professeur à l’université de Pennsylvanie Martin Seligman lance une nouvelle discipline psychologique consacrée aux aspects positifs de l’Existence, baptisée « Psychologie Positive» et privilégiant l’étude des individus « épanouis » afin d’en dégager des leçons applicables par le plus grand nombre.

Les personnes optimistes vivent en meilleure santé et plus longtemps …

De nombreuses études le démontrent. L’une des plus célèbres appelée Nun Study (« Etude des nonnes » – (Danner, Snowdon & Friesen (2001). Positive emotions in early life and longevity : Findings from the nun study. Journal of Personality and Social Psychology, 80, 804-813 2001), concerne un groupe de religieuses partageant les mêmes conditions matérielles d’existence, ce qui permet de distinguer l’influence des facteurs psychologiques sur leurs durées de vie et leur atteintes de maladies, comme Alzheimer.

En étudiant les lettres de motivation rédigées avant leur entrée au couvent dans les années 1930, des psychologues de l’Université du Kentucky ont pu déterminer que les religieuses identifiées comme les plus optimistes avaient vécu, en moyenne, dix ans de plus et en meilleure santé que les moins positives. Au final, cette étude démontrait qu’éprouver des émotions «positives» durant notre existence engendrerait moins de chances de contracter la maladie d’Alzheimer et plus d’années à notre compteur de vie.

De son côté, le sociologue néerlandais Ruut Veenhoven estime, après avoir analysé une trentaine d’études convergentes, que les personnes les plus satisfaites de leur existence vivent entre sept et dix ans de plus que celles qui le sont moins.

Alors, n’oubliez pas de prendre soin de vous…. en restant positif, pour attirer à vous le meilleur, Votre Meilleur !

 

 

 

 

Sophrologue, Formatrice en Entreprise.

Me contacter ici.

error: Content is protected !!