Burn-out : L’aide de la Sophrologie

L’Assemblée Nationale a rejeté en février dernier la proposition de loi pour la reconnaissance comme maladies professionnelles de pathologies psychiques relevant de l’épuisement professionnel liées au burn-out, comme la dépression, l’anxiété généralisée ou le stress post-traumatique.

Qu’est-ce que le burn-out  ?

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le burn-out se caractérise par « un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail. » ( Allocution de Catherine Le Galès-Camus de l’Organisation mondiale de la Santé. Texte intégral : www.conferencedemontreal.com )

Il se traduit par un état d’épuisement général.  Il est la résultante d’un stress chronique vécu au travail sans que la tension ne puisse se relâcher.

C’est en 1969 que le terme burn-out a été utilisé pour la première fois. Il a fait l’objet de nombreuses définitions depuis.

Le burn-out  s’installe progressivement et amène à l’épuisement des ressources physiques, mentales et émotionnelles. Il  évolue par étapes et il est donc très important de réagir suffisamment rapidement avant qu’il ne devienne un burn-out complet.

Les facteurs amenant à l’épuisement professionnel sont multiples tels que :

  • l’exigence émotionnelle,
  • l’exigence du travail,
  • le manque d’autonomie,
  • le manque de reconnaissance,
  • les conflits de valeurs,
  • la peur de perdre son l’emploi.

Il faudrait y ajouter des facteurs individuels liés à la personnalité du sujet comme :

  • la tendance au perfectionnisme,
  • la difficulté à gérer le stress,
  • une faible estime de soi,
  • l’addiction au travail.

Les signes du burn-out  sont :

  • une fatigue qui s’installe de plus en plus,
  • une grande irritabilité qui dégrade les relations avec les autres,
  • une perte de confiance en soi et en ses capacités,  jusqu’à un dégoût complet du travail.

On peut donner l’image d’un élastique trop tendu ; le corps finit par ne plus répondre et on se réveille un matin sans pouvoir sortir du lit.

Le burn-out est le nouveau mal du 21eme siècle.

«Brown-out» (quand le travail n’a plus de sens), «bore-out» (quand l’ennui au travail est trop pesant)… Les dérivés du «burn-out» ne manquent pas…

On parle beaucoup du stress au travail. Concrètement, ça donne quoi ?

Les chiffres suivants parlent d’eux-mêmes et dénotent une situation de plus en plus stressante en entreprise et dont les conséquences sont lourdes socialement et économiquement.
(sources : INSEE, Enquête CSA, Etudes Harvard et Stanford, Huffington Post)

La France sur le podium !
Selon l’OMS, la France arrive au 3° rang des pays recensant le plus grand nombre de dépressions liées au travail.

Si on ne parle que du stress, il concerne presque 1 salarié sur 2.
Le stress touche 4 salariés sur 10, plus particulièrement les catégories supérieures (47%) et les cadres supérieurs (57%).

Le Burn-out (forme extrême du stress au travail) concerne presque 1 Actif sur 9.
(En 2016, il y a environ 28 millions d’actifs en France dont 3.5 millions sont concernés par le Burn-out).

Une évolution permanente du stress en Entreprise
• 9 cadres sur 10 se déclarent être plus stressés aujourd’hui qu’il y a dix ans.

Les causes du stress
• L’organisation du travail : 41%
• La non satisfaction aux exigences personnelles : 38%
• Les relations avec la hiérarchie (harcèlement vertical) et avec les collègues (harcèlement horizontal) : 31%
• Les changements dans le travail : 31%

Les femmes souffrent plus du stress
En France, 36% des femmes et 21% des hommes travaillent à un niveau de stress extrêmement élevé, mettant en danger leur santé.
Pour les femmes, le stress est attribué à la fois à la vie professionnelle et personnelle : manque de temps, double journée, conditions de travail…

Les conséquences du stress pour les collaborateurs
• Fatigue : 37%
• Tensions musculaires : 29%
• Troubles du sommeil : 25%
• Anxiété : 25%
• Baisse de la vigilance : 12%

  • 39% des salariés souffrent en France de douleurs dorsales dues au stress

Des conséquences économiques importantes pour l’Entreprise
• Le stress représente 50 à 60% de l’ensemble des journées de travail perdues.
• Le stress au travail est la première source d’arrêts maladie.
• 11% des salariés ont eu 1 ou plusieurs arrêts de travail liés au stress dans leur carrière.

Ces chiffres sont impressionnants, mais il existe des solutions simples pour diminuer, voire maîtriser le stress en entreprise et la Sophrologie en est une….

Quelle aide apporte la sophrologie sur le burn-out ?

C’est d’abord une méthode préventive :

La meilleure façon de prévenir ce syndrome est d’identifier les signaux avant-coureurs que nous envoie notre corps. Notre propre corps nous parle et c’est lui qui est notre meilleur allié. Il est donc fondamental de savoir prendre du temps pour soi et d’être à l’écoute de son corps, et de ses besoins.

La Sophrologie est une méthode qui permet de prendre conscience de l’état dans lequel nous sommes, de prendre conscience de nos tensions corporelles, de notre état psychique, ainsi que de nos émotions.

Le travail sur la gestion du stress aide à relativiser une situation et permet de prendre le recul nécessaire, afin de mieux affronter les événements.

Le travail sophrologique aide à se poser les bonnes questions pour changer ce qui peut être changé et accepter ce qui ne peut pas l’être, dans le but de mener à bien notre activité professionnelle et notre vie personnelle.

La Sophrologie permet également de mobiliser nos propres ressources et nos capacités pour renforcer la confiance en nous et pouvoir prendre la meilleure solution à chaque instant.

Ainsi, les séances de Sophrologie agissent efficacement dès les premières manifestations du burn-out.

De plus en plus d’entreprises se mettent à l’écoute de leurs collaborateurs et proposent des solutions innovantes, telles que la Sophrologie ou la Méditation pour prévenir le burn-out. Et c’est une excellente initiative.

Mais c’est aussi une méthode curative :

Se reconstruire après un burn-out n’est possible que lorsque nous sommes prêt autant physiquement que psychiquement. La prise en charge médicale est indispensable ; la sophrologie ne se substitue pas à un traitement médical, mais est un complément efficace pour l’accompagnement à la reconstruction.  Elle aide au meilleur déroulement possible d’un traitement médical.

Les séances permettent de reprendre progressivement contact avec son corps, ses sensations, en apprenant à écouter ses propres limites et ses besoins.

Au fil des séances, nous renouons avec l’équilibre de notre corps et de notre esprit.

Le travail sophrologique permet de prendre conscience de son propre seuil de tolérance ( frontière entre le bon et le mauvais stress) et de savoir imposer ses limites aux autres.

La Sophrologie aide également à retrouver sa vitalité pour se projeter dans l’avenir.

Enfin, un travail sur nos propres valeurs permet de réaliser ce qui est vraiment important pour nous, afin d’envisager sereinement les changements nécessaires à apporter dans notre vie.

La Sophrologie nous apprend à prendre conscience que nous sommes les véritables acteurs de notre vie. Et qu’en maîtrisant davantage nos pensées et nos émotions, nous avons tous le pouvoir de changer notre vie en créant une autre réalité.

Et comme toujours, n’oubliez pas de prendre soin de vous !!!!

 

Sophrologue, Formatrice en Entreprise.

Me contacter ici.

error: Content is protected !!