Les regrets de ceux qui nous quittent …

Pour faire suite à mon article sur les conseils de Steve Jobs pour réussir, le co-fondateur d’Apple, je vous livre ici des propos qui lui sont attribués et qu’il aurait laissé sur son lit d’hôpital, avant de nous quitter en 2011, tout juste âgé de 56 ans. Même si ces mots sont controversés par certains, cela n’a aucune importance. Cet homme a inspiré et continuera certainement d’inspirer des générations et ce témoignage soulève de nombreuses questions sur le sens de la Vie en général.

Le voici :

« Je suis arrivé au summum du succès dans les affaires. Aux yeux des autres, ma vie a été le symbole de la réussite. Cependant, en dehors du travail, j’ai ressenti très peu de joie. Enfin, on va dire que ma richesse est simplement un fait auquel je me suis habitué.

En ce moment, allongé sur ce lit d’hôpital , me remémorant  toute ma vie, je me rends compte que toutes les accolades et les richesses dont j’étais si fier sont devenues insignifiantes maintenant que ma mort est imminente.

Dans le noir, quand je regarde les lumières vertes, l’équipement pour la respiration artificielle et le bourdonnement de leurs sons mécaniques, je peux ressentir le souffle de la mort s’approcher de moi.

Seulement maintenant, je comprends que, une fois que vous accumulerez suffisamment d’argent pour le reste de votre vie, vous devez poursuivre des objectifs qui ne sont pas liés à la richesse. Il doit y avoir quelque chose de plus important : par exemple, des histoires d’amour, l’art, des rêves de votre enfance.

Arrêtez de courir après l’argent, cela ne peut que vous transformer en un être tordu, tout comme moi. Dieu nous a fait un chemin, nous pouvons sentir l’amour dans le cœur de chacun de nous, et non pas des illusions construites par la gloire ou l’argent, comme je l’ai fait dans ma vie, je ne peux pas les prendre avec moi. Je ne peux qu’emporter avec moi les souvenirs qui ont été renforcés par l’amour.

C’est la vraie richesse qui vous suivra; Vous accompagnera, l’amour vous donnera de la force et de la lumière pour aller de l’avant. Il peut parcourir des milliers de kilomètres et vous prouver que la vie n’a pas de limites.

Allez où vous voulez aller. Efforcez-vous d’atteindre les objectifs que vous vous vous êtes fixés. Tout est dans votre cœur et entre vos mains. Quel est le lit le plus cher du monde? Le lit d’hôpital.

Vous, si vous avez de l’argent, vous pouvez embaucher quelqu’un pour conduire votre voiture, mais vous ne pouvez pas embaucher quelqu’un pour prendre la maladie qui vous tue. Les éléments matériels perdus peuvent être trouvés. Mais une chose que vous ne pourrez jamais retrouver lorsque vous la perdrez: c’est la vie.

Quelle que soit l’étape où vous en êtes en ce moment, à la fin, vous devrez faire face au jour où le rideau tombe. S’il vous plaît, préservez votre famille comme un trésor, aimez votre mari, votre femme, aimez vos amis … Traitez tout le monde avec respect et restez amical avec vos voisins. 

Voici d’autres regrets tout aussi inspirants de personnes prêtes à quitter la terre :

Bronnie Ware est une infirmière australienne qui a passé de nombreuses années à travailler en soins palliatifs. Elle a publié un ouvrage intitulé The Top Five Regrets of the Dying Les 5 plus grands regrets des mourants.

La description de ces regrets peuvent nous aider à comprendre ce que nous pouvons changer aujourd’hui dans nos vies pour ne pas avoir à vivre ces chagrins le jour du Grand Départ. En guidant nos actes à l’aulne de cette sagesse pour les années à venir, nous pouvons nous construire une vie plus épanouissante. Et si d’aventure il nous arrivait de dévier du droit chemin, nous pourrons toujours revenir sur la bonne voie, en nous remémorant ce qu’il ne faut surtout pas oublier .

1 Je n’ai pas eu le courage de vivre pleinement tel que je suis

En regardant derrière eux, ces personnes rêvent de ce que les choses auraient pu être s’ils avaient été honnêtes à propos de ce qu’ils sont vraiment. Ils pensent à la détresse qu’ils se sont causé à aux et aux autres, en jouant une personne qu’ils ne sont pas vraiment. La peur d’être rejeté en se présentant tel que l’on est, semble ridicule aux portes de la mort. Ces personnes auraient préféré rester elles-mêmes, malgré les rejets.  Et ce regret induit celui de ne pas avoir eu le courage de poursuivre leurs rêves mais d’avoir fait ce que l’on attendait d’eux.  Quand ils regardent en arrière, ils se rappellent leurs buts et aspirations non atteints. Ils sont souvent hanté par des décisions dont résultent cette vie qui est en train de se finir.  Tant que vous avez de nombreuses années à vivre, prenez le temps de poursuivre vos rêves.  Ne les remettez pas à plus tard, un jour ce sera trop tard. Si vous n’avez pas encore le courage d’être honnête avec vous-même, vous pouvez peut-être commencer par l’être maintenant.

 2J’aurais dû travailler moins.

Comme on dit, rater un jour de travail ne vous tuera pas. Le fait de travailler trop vient parfois d’une habitude, d’attentes excessives d’autres personnes, ou bien d’un comportement addictif permettant de ne pas penser à autre chose. Mais n’y a-t-il vraiment pas d’autres choses plus nourrissantes que le travail auxquelles consacrer un peu plus de temps? Soi-même par exemple ?

3 – J’aurais dû dire ce que je pense vraiment plutôt que faire l’impasse sur mes émotions

Beaucoup de personnes choisissent de ne pas se confronter à ceux qui les offensent, histoire de garder une certaine « civilité »… en vérité, cette attitude nourrit l’amertume, qui d’ailleurs mènent à beaucoup de déséquilibres. Nourrir l’amertume fait de vous une sorte d’ « mutilé » et vous empêche de réaliser pleinement votre vrai potentiel. Si vous voulez avoir des relations vraies, l’honnêteté et la confrontation sont nécessaires. La mauvaise conception de la confrontation la fait passer pour ce qui divise les personnes. Mais si c’est fait avec gentillesse et construction, la confrontation améliore le respect entre deux personnes, et la compréhension.

 4 – J’aurais voulu avoir plus de temps pour mes amis

Quand la santé et la jeunesse disparaissent, les gens réalisent ce qui a vraiment de la valeur. Ils découvrent que tous leurs revenus et buts atteints ne mènent à rien en fin de compte. Ce qui compte vraiment en ces derniers moments sont les personnes qui leur sont chères. A ce moment, souvent , leurs amis leur manquent.  C’est si facile de se perdre dans la routine en oubliant de prendre soin des relations. Si vous ne faites pas un effort, vous perdrez sûrement contact avec vos amis au fils des années.

5 – Être heureux est un choix, j’aurais voulu le savoir plus tôt

Les gens réalisent peu souvent qu’ils peuvent choisir d’être heureux quelques soient les circonstances. C’est si facile de jouer les victimes de la vie. On reste dans la médiocrité car elle est familière, on prétend que « ça va » car on a trop peur d’explorer. N’ayez pas peur du changement et ne vous souciez pas de ce que les autres pensent. Si on est conscient de tout cela, on peut faire de véritables choix entre ce qui nous nourrit et ce qui nous vide. Entre les convictions dans lesquelles on a envie de s’investir et celles dans lesquelles on ne le souhaite pas. Il nous arrivera peut-être d’être gagné par le stress, l’anxiété, la dépression ou même d’éprouver des réactions traumatiques, mais on a la possibilité à un moment donné de choisir l’impact de ces sentiments sur nous, et grâce à cela, de mieux s’en débarrasser. Peut-être est-il temps de prendre plus de risques: qu’est-ce qui vous rend heureux?

Et puis nous pourrions aussi dire quelques mots sur d’autres regrets énoncés,  qui sont autant de questionnements supplémentaires sur le sens de la vie :

 J’aurais dû dire « je t’aime »  plus souvent

L’importance de l’amour est bien plus évoquée sur la fin de vie. A ce moment précis, ne pas recevoir d’amour en retour du sien est très douloureux.  Cela peut être très difficile de dire à quelqu’un que vous l’aimez, surtout si vous avez peut du rejet (et cela est une peur bien plus courant en famille qu’entre amis). Mais ne pas être capable d’exprimer ces sentiments laissera un besoin insatisfait chez vous, et affectera probablement vos relations futures.  Si vous avez peur d’être blessé, rappelez-vous qu’il vaut mieux que votre amour soit su que passer le reste de votre vie à imaginer ce que ça aurait pu être.

J’ai travaillé trop et consacré trop peu de temps à ma famille

Un dévouement excessif au travail mène une personne à passer moins de temps avec ceux qu’il aime. Des parents peuvent même rater l’évolution de leurs enfants en pensant carrière et argent. Cela est bénéfique de déterminer ce qui est vraiment important. Laissez tomber les choses qui remplissent votre vie futilement.

J’aurais dû être celui qui fait le premier pas pour résoudre mes soucis

Le plus souvent, les lits de mort et les funérailles sont encore plus tristes à cause de relations brisées qui n’ont jamais été restaurées. Les relations sont ruinées quand des incompréhensions n’ont pas été mises au clair immédiatement. Cela se finit en général en une vie entière d’hostilités. Les conflits sont une part naturelles de la vie, vous ne pouvez pas les éviter… Mais vous ne devriez pas laisser la colère durer plus d’une journée.

Prenez un moment pour vous retourner une fois encore sur ces regrets qu’éprouvent les personnes en fin de vie, et essayez de voir comment vous pouvez commencer à en appliquer leur enseignement, dès maintenant dans la vôtre.

Et pour finir, je vous laisse cet extrait d’un film d’animation que j’aime beaucoup « Là-Haut » de Pete Docter et  Bob Peterson. Chacun en tirera l’enseignement qu’il sera prêt à recevoir…

https://youtu.be/2PD7qi8VK_o

N’oubliez pas de prendre soin de vous…

Sophrologue, Formatrice en Entreprise.

Me contacter ici.

error: Content is protected !!