Stress et pertes de mémoire: la Sophrologie peut aider

Il vous est certainement déjà arrivé de ne plus vous souvenir du nom d’un lieu, d’une personne, d’une chose importante que vous deviez faire, de quelque chose que vous deviez acheter, du code d’entrée de votre immeuble ou encore du code de votre carte bleue…

Rien de plus banal que d’oublier une date, un nom. Le problème s’installe quand l’oubli s’associe à l’anxiété ou à l’angoisse de celle ou de celui qui oublie, ou encore quand l’oubli produit des conséquences gênantes, voir fâcheuses au travail, dans les relations sociales ou dans la vie amoureuse. En plus, quand nous souffrons de ces problèmes momentanés et parfois déconcertants, nous le vivons souvent avec inquiétude: serait-ce le premier indice d’une possible maladie du cerveau ?

 

Reposez-vous. Un champ qui a été laissé au repos donnera une récolte plus généreuse.”

Ovide

Il ne faut pas se tirer de conclusions hâtives. Avant de penser à un déclin cognitif, nous devons prendre en compte un facteur important : celui qui explique, environ 80% des petits problèmes de mémoire quotidiens: le stress. Malgré tout, ne soyez pas soulagés d’avoir écarté la possibilité d’une démence précoce, car un fait très important doit être pris en considération. Le stress chronique, ainsi que les troubles de l’anxiété qui se maintiennent dans le temps, altèrent le fonctionnement du cerveau et même certaines de ses structures.

Le cerveau est extrêmement vulnérable à notre style de vie et plus concrètement à la façon dont nous gérons nos préoccupations et nos tensions quotidiennes.

Pourquoi le stress produit des pertes de mémoire ?

Parfois, il peut nous arriver de sortir du travail et de rentrer chez nous en mode “pilotage automatique”. En passant la porte de notre maison, nous nous figeons soudainement, effarés et stupéfaits : comment avons-nous pu oublier d’aller chercher notre enfant à son cours d’anglais?  Nous faisons alors demi-tour en courant et, au moment d’arriver à la voiture, nous nous rendons compte que nous n’avons pas les clés.

Le cercle épuisant dans lequel nous entraînent le stress et l’anxiété est immense. Les situations réalistes comme celle que nous venons de citer sont habituelles, tout comme la sensation de perdre soudainement le contrôle de nos vies. En fin de compte, peu de choses peuvent être aussi angoissantes que le fait d’oublier des choses importantes de notre quotidien, des choses décisives qui nous permettent de nous sentir compétents et responsables dans chaque domaine de notre vie.

Si nous nous demandons maintenant ce qui se cache derrière les pertes de mémoire causées par le stress, nous devons citer une hormone que nous connaissons bien : le cortisol. Ce glucocorticoïde produit par les glandes surrénales se libère comme réponse au stress. Le fait que le pic de cortisol augmente à un moment donné et aille au-delà de ses niveaux habituels ne suppose aucun problème. Une petite augmentation de cette hormone à un moment ponctuel, par ailleurs, améliore la formation de nouveaux souvenirs.

Le plus préoccupant survient lorsque la libération de glucocorticoïdes se produit de manière constante et pendant plusieurs semaines ou mois. C’est à ce moment là que nous aurons du mal à nous souvenir de certaines données ou à en emmagasiner d’autres.

Voyons maintenant l’impact que peut avoir ce phénomène sur notre cerveau :

Les hormones libérées dans le cerveau

L’excès de cortisol au niveau cérébral agit comme un toxique.

L’hippocampe, associé à la mémoire et à nos émotions, perd du volume.

Les pertes de mémoire causées par le stress sont également associées au fait que le cortisol rend plus difficile la bonne circulation du sang vers le cerveau. Nous recevons moins de nutriments et d’oxygène. Nous connaissons un plus grand risque de souffrir d’hémorragies, d’ictus, etc. C’est une donnée très importante à prendre en compte.

Par ailleurs, si la libération de cortisol est constante, nous percevrons un autre effet: nous libérerons moins d’endorphines et cela se traduira par un plus grand mal-être ainsi qu’une claire incapacité à apprécier ces activités qui nous étaient auparavant agréables: pratiquer du sport, partager des fous rires et de bons moments avec nos proches, se nourrir…

En outre, et ceci est tout aussi important, il convient de signaler que le cortisol affecte aussi nos cycles circadiens veille-sommeil: nous souffrons de périodes d’insomnie ou de réveils fréquents au cours de la nuit.

Le stress libère l’hormone de glucocorticoïdes, qui altère la fonction de nos cellules et provoque en outre l’apparition de l’adrénaline.

Comment réduire les pertes de mémoire dues au stress ?

Si, au cours des dernières semaines ou des derniers mois, nous avons vécu des pertes de mémoire inhabituelles, il vaut mieux consulter un médecin. Parfois, ces problèmes peuvent être associés à une mauvaise nutrition (déficit en vitamine B12 ou en vitamine D). Par ailleurs, des troubles comme hyperthyroïdie peuvent aussi déterminer ces altérations cognitives. Par conséquent, et pour pouvoir éviter des préoccupations superflues, nous vous recommandons d’en parler à des professionnels spécialisés.

Une fois que les problèmes organiques seront écartés, nous pourrons nous concentrer sur un fait important: gérer notre stress. Étudions dès maintenant comment faire avec l’aide de la Sophrologie.

A l’aide d’exercices adaptés, vous serez en mesure d’Identifier les facteurs qui provoquent chez vous le stress : prenez conscience de la façon dont réagit votre corps: tension musculaire, rigidité du cou, des épaules, de la mandibule, palpitations…

Le stress ne se gère pas en évitant ces sources qui nous font perdre notre calme. Il se gère en affrontant ces stimuli menaçants, droit dans les yeux, en établissant des priorités, en décidant et en prenant le contrôle de notre propre réalité.

  • La Sophrologie vous propose des techniques de respiration adéquates, telles que la respiration abdominale et la respiration au carré, ainsi que des visualisations positives qui amélioreront votre relaxation et ainsi favoriseront votre endormissement.
  • Réinterprétez votre réalité : prenez conscience de ce qui est véritablement important dans votre vie, réduisez le rythme, appréciez le présent d’une façon plus relaxée.
  • Mangez sainement : des fruits et des légumes frais, beaucoup d’eau, de l’avoine, des infusions de valériane, de camomille…

Les compléments à base de magnésium sont excellents pour protéger notre cerveau des effets du stress. Et pourquoi pas le chocolat noir, les amandes, les noix de cajou ou les bananes ?

  • Sortez marcher tous les jours pendant au moins une demi-heure : vous vous changerez les idées, vous adopterez de nouveaux points de vue et vous permettrez à votre circulation sanguine de s’améliorer pour qu’un plus grand apport d’oxygène et de nutriments arrive au cerveau.

Pour conclure, les pertes de mémoire causées par le stress peuvent finir par complètement chambouler nos vies. Si nous ne traitons pas ce problème à la source, le stress intensifiera encore plus cette altération et entraînera d’autres conséquences. Notre humeur empirera, notre motivation chutera… Par conséquent, apprenons à réduire notre rythme, à ne pas vouloir aller plus vite que la vie. La Sophrologie pourra vous aider à prendre le recul nécessaire pour changer vos habitudes les plus nuisibles. Car en fin de compte, c’est notre santé qui passe avant tout.

 

Sophrologue, Formatrice en Entreprise.

Me contacter ici.

error: Content is protected !!